Les Documentaires et Fictions de Public Sénat #OCTOBRE

Samedi 7 octobre 22H
“Officiers du droit d’asile”


Dans les bureaux de l’Ofpra, le service public du droit d’asile, des hommes et des femmes venus du monde entier viennent chercher la protection de la France. Les officiers de protection doivent déterminer si ces demandeurs ont des raisons valables de craindre un retour dans leur pays. Voici une immersion au plus près de ce métier pas comme les autres où la bienveillance se confronte à la loi.
Un film documentaire de Pierre-Nicolas Durand
Durée : 52 min
Production Ekla/Public Sénat 

bande-annonce : 

Samedi 7 octobre 23h30
“Birmanie, le pouvoir des moines” 


Depuis que les militaires ont accepté en avril 2016 de partager le pouvoir avec Aung San Suu Kyi, prix  Nobel de la Paix, la Birmanie se cherche une identité et le bouddhisme pèse très fortement sur ce débat, très marqué par la tentation nationaliste. Trois moines – l’un soutient la dame de Rangoon, l’autre mène un combat nationaliste et antimusulman des plus extrême, le dernier se consacre au prosélytisme bouddhiste – nous livrent leur regard, leurs espoirs et inquiétudes sur le pays, avec en toile de fond la montée du sentiment antimusulman dans le pays et la question des Rohingyas.
Un film documentaire de Joël Curtz et Benoît Grimont 
Durée : 52 min
Production TSVP

bande-annonce : 

Dimanche 8 octobre à 18H
“Balladur-Chirac, mensonges et trahisons”


7 mai 1995, après deux tentatives infructueuses, Jacques Chirac est enfin élu président de la République. Il a vaincu la gauche, mais il a surtout vaincu le pire des adversaires : Édouard Balladur son ami, son conseiller, l’homme qu’il a placé à Matignon deux ans plus tôt dans l’espoir qu’il lui prépare le terrain, et dont personne ne soupçonnait les visées élyséennes… 
En 1995, la France a connu l’élection présidentielle la plus inattendue et la plus mouvementée de ces dernières décennies. Au coeur de la campagne, le combat fratricide entre ces deux hommes issus du même camp : Jacques Chirac et Edouard Balladur. Entre coups bas, mensonges et « affaires », c’est toute la droite s’est déchirée comme rarement dans son histoire lors de cette bataille à ciel ouvert. 
A base d’archives jubilatoires et d’interviews savoureuses avec les principaux protagonistes et observateurs de l’élection de 1995, cette comédie du pouvoir raconte un moment-clé de l’histoire de la Ve République, qui a tenu en haleine les Français au jour le jour.
Un film documentaire de Jean-Charles Deniau 
Durée : 60 min 2017
Roche Productions avec la participation de Public Sénat, France 3  

Bande-annonce : 

Samedi 14 octobre à 23h30
« Plaquages ou une semaine dans la vie d’un rugbyman du Lou » 

Ils sont jeunes et puissants. Ce sont des rugbymen professionnels. Une carrière courte. Un engagement physique et mental extrême. Grâce à un accès rare dans un club de rugby français, le LOU, le spectateur est immergé en son coeur : là où l’on prépare, où l’on façonne et répare les joueurs.  Le film retrace la tension d’une semaine de travail de l’équipe et du staff jusqu’au match, dans les coulisses de la machine sportive, mondialisée et commerciale…
Un film documentaire de Florian Geyer
Une production les films du Balibari, cooproduit par France 3 Rhône-Alpes, avec la participation de Public Sénat
Durée : 52 min 2017

Samedi 21 octobre à 22H30
“UNE FEMME A ABATTRE, ANNA POLITOVSKAIA”


Le 7 octobre 2006, Anna Politkovskaïa, célèbre journaliste, est assassinée de 5 balles à bout portant dans l’entrée de son immeuble à Moscou.Depuis quelques années, Claire, professeur de français, vit avec Andreï, un journaliste russe exilé à Paris. Andreï et Claire apprennent la nouvelle. Andreï était l’ami d’Anna. Elle avait choisi, elle, de rester dans son pays pour mener son combat pour la liberté d’expression. Il décide de se rendre aux obsèques. Il donne des nouvelles au début puis plus rien. Son téléphone ne répond plus. Est-ce une disparition volontaire? Un accident ? Est-ce le livre qu’il prépare sur la Tchétchénie qui lui a valu des ennuis ? Les recherches entamées sur place n’avancent pas. Claire part sur les traces de son mari, la peur au ventre…
Un film d’Olivier LANGLOIS
Auteurs  Didier LACOSTE et Pauline ROCAFULL
Avec : Mélanie DOUTEY, Pawel DELAG, Nino KIRTAZ
RASPAIL production, ARTE, France 2, TV5, CFI
Durée : 90 min, 2008

Bande-annonce : 

Samedi 21 octobre à 21h30 
« Rencontre au Paradis » série Les dessous de la mondialisation (saison 6)

Depuis 2014, et le début de ce qu’on a appelé « la crise migratoire », c’est l’Allemagne qui a accueilli le plus de demandeurs d’asile en Union européenne. Plus d’un million et demi de personnes, fuyant la guerre, les dictatures ou la misère. Soit 60% des arrivées en Europe. A l’époque, la population allemande tendait les bras aux nouveaux venus à la descente des trains et des cars, avec des vêtements, de la nourriture et parfois des lits dans leurs propres maisons. Trois ans après, qu’en est-il ? L’Allemagne est-elle vraiment ce modèle d’accueil, ce paradis pour les réfugiés ? Quels moyens se donne-t-elle et comment fait-elle pour les intégrer et leur offrir une nouvelle vie ? Si la situation n’est pas rose partout, Detmold, ville privilégiée de 70.000 habitants de Rhénanie du Nord-Westphalie, fait figure de symbole de l’intégration réussie. 700 demandeurs d’asile y ont posé leurs quelques bagages et tentent, avec le soutient de nombreux bénévoles, de se construire une nouvelle vie malgré un certain nombre de difficultés dont des emplois sous-payés. Entre les démarches administratives, les cours d’intégration, la recherche d’un emploi et la découverte de la « culture » allemande, un groupe de réfugiés et de demandeurs d’asile s’est même découvert un nouveau hobby : le théâtre. Aidé d’une metteure en scène française, ils ont créé une pièce de théâtre inspirée de leur propre exil et se préparent à la jouer en ville devant les habitants de Detmold. Pour mieux faire connaître leur histoire. Et mieux se faire comprendre. Son titre : « Rencontre au Paradis ».  

Samedi 21 octobre à 0h00
“La Suisse, coffre-fort d’Hitler”

Par quel subterfuge le IIIe Reich a-t-il pu financer sa machine de guerre en action dès l’accession d’Hitler au pouvoir ? A l’heure où ses armées envahissent la Pologne, les caisses sont vides. Débute alors une vaste razzia dans les pays conquis. Les nazis pillent l’or, les oeuvres d’art, les fonds des banques centrales; bijoux et dents en or des juifs raflés partout en Europe viennent grossir le butin. Il faut alors changer ces valeurs colossales et acquérir les matières premières qui font défaut pour alimenter la machine de guerre. Au coeur du continent, voisin du géant allemand, la Suisse. Le petit Etat prétendument neutre, va jouer le rôle de bureau de change du IIIe Reich. Il lui garantit ainsi les devises nécessaires à l’acquisition des matières premières pour ses usines d’armement.  Comment cette histoire méconnue a-t-elle émergé ?  Quels archives et documents prouvent l’implication de la Suisse dans la poursuite de la guerre ?  Qui sont ceux qui ont mis à jour la lourde responsabilité de la Suisse pendant la Seconde Guerre mondiale ? S’appuyant sur des témoignages d’experts  « La Suisse, coffre-fort d’Hitler » est une investigation historique qui offre une nouvelle lecture de la Seconde Guerre mondiale, une lecture économique et financière. 
Un film de Xavier Harel et Olivier Lamour
Production Little big story
Avec la participation de FRANCE 5, PUBLIC SENAT, NDR-ARD, RTBF, RTS
Mention spéciale Terre(s) d’Histoire – FIGRA 2017

Bande-annonce : 

Samedi 28 octobre à 23H30
« Gauche, année zéro » 

Ce film raconte la fin d’une époque, celle du pouvoir socialiste, auprès d’un de ses acteurs principaux : Bernard Cazeneuve. D’avril à juillet 2017, d’une campagne l’autre, les caméras de Serge Moati suivent la chronique d’une mort annoncée… maintes fois prédite par le passé. C’était en 1986, en 1993, en 2002. Mais cette fois-ci, le PS risque vraiment l’explosion. Le parti de la synthèse, celui d’Epinay, celui qui faisait bon an mal an tenir ses deux lignes dans un même corps, est-il sur le point de mourir de ses divisions ?
A Matignon, un premier ministre en CDD tente d’éteindre l’incendie de meeting en meeting, Au fil des semaines et jusqu’à fin juillet, l’espoir des militants socialistes est douché par la dynamique Mélenchon, puis par le rouleau compresseur Macron qui prépare sa majorité absolue…
Un film documentaire de Serge MOATI et Nicolas Combalbert
Durée : 52 min, 2017                 
Production : Les enfants du Belvédère / Les films du Tex mex / TV5 MONDE / PUBLIC SENAT