Eric Woerth l'a dit dans "Bonjour Chez Vous ! " sur Public Sénat

1 octobre 2020

Eric Woerth, député LR de l'Oise, Président de la Commission des Finances à l'Assemblée Nationale l'a dit dans "Bonjour Chez Vous!"

Propos recueillis par Oriane Mancini et Julien Lecuyer (La Voix du Nord)

Jeudi 1er octobre 

Sur le Budget 2021 : 

"Non a priori nous ne voterons pas le budget. On est une opposition responsable, on a fait beaucoup de propositions [...] Le manque de visibilité dans un moment où on a besoin d'éclaircir l'avenir n'est pas là"

Voir l'extrait

"On aurait pu, autour du projet de loi de finances, greffer deux scénarios : un scénario dans lequel la crise de poursuit et un où elle s'estompe. Ce qui aurait permis de voir comment les choses sont financées"

Voir l'extrait

"Aujourd'hui ce budget est bourré de déficit, pendant bien longtemps, il n'y a aucun financement qui ne soit indiqué"

Voir l'extrait

 

Sur les dépenses publiques et la crise : 

"On a l'impression que chaque fois qu'un ministre demande des milliards il les obtient. Dans le domaine de la Culture, quand vous dites on va augmenter les crédits du patrimoine, on se dit ça n'a aucun lien avec la crise"

Voir l'extrait

 

Sur la 5ème branche de la Sécurité Sociale : 

"Est-ce vraiment le moment pour créer une 5e branche sur la dépendance ? C'est hyper important d'avoir un projet de dépendance sérieux or le gouvernement ne se pose pas la question du financement ou il la remet à plus tard"

Voir l'extrait

 

Sur la réforme des retraites :

"Je pense que toutes les réformes un peu compliquées, et réformer un pays c'est compliqué, sont à peu près enterrées"

Voir l'extrait

 

Sur la fronde des élus à Marseille :

"Je comprends le désespoir d'un professionnel mais je ne peux pas soutenir la désobéissance à la loi. Aucun élu ne peut se mettre contre la loi, ils ont tort, c'est du clientélisme"

Voir l'extrait

 

Sur les séparatismes :

"Il faut durcir les choses. On verra ce que dit le président de la République, si ce n'est pas la énième loi, un nouveau texte qui sera appliqué à moitié... C'est fou ce que la France se répète, la France bégaye tout le temps"

Voir l'extrait

Contact Presse