Guillaume Larrivé l'a dit dans "Bonjour Chez Vous!" sur Public Sénat

22 octobre 2020

Guillaume Larrivé, député LR de l’Yonne, Président de "La France demain", l'a dit dans "Bonjour Chez Vous!" sur Public Sénat. 

Propos recueillis par Oriane Mancini et Romain Blanc (L’Yonne Républicaine)

Jeudi 22 octobre 2020

Sur l'hommage à Samuel Paty :

"Au-delà de l'émotion, au-delà des déclarations, qui sont évidemment légitimes, on a un devoir d'action, d'efficacité dans la durée"

Voir l'extrait

 

Sur les élus encouragés à se rendre dans des établissements scolaires pour la rentrée :

"J'essayerai de me rendre le moment venu dans un collège ou un lycée [...] mais on ne va pas seulement allumer des bougies et dire qu'on est émus"

Voir l'extrait

 

Sur les détenus de nationalités étrangères :

"On a aujourd'hui près de 15 000 ressortissants étrangers dans nos prisons [...] Nous avons un article qui permet de mettre dehors ces détenus. J'attends du garde des Sceaux qu'il organise ces expulsions"

Voir l'extrait

 

Sur la faiblesse du renseignement territorial : 

"La capacité de renseignement française a plutôt bien progressé dans ces dernières années [...] On a des services spécialisés sur le haut du spectre mais aussi sur les signaux faibles"

Voir l'extrait

 

Sur le Ministre de l'Intérieur : 

"Il y a eu un changement positif place Beauvau. Il n'y avait pas eu de ministre de l'Intérieur pendant 3 ans en France. La place Beauvau est désormais très bien pilotée, Gérald Darmanin essaye de faire ce qu'il peut"

Voir l'extrait

 

Sur la situation carcérale : 

"Je désapprouve totalement une logique dite de régulation carcérale qui consiste en réalité à prendre le problème à l'envers. On a pas un problème de surpopulation carcérale mais de sous-capacité carcérale. Eric Dupond-Moretti prend le sujet à l'envers"

Voir l'extrait

 

Sur le texte sur l'état d'urgence sanitaire :

"Je le voterai sans hésitation. Le virus est là, il tue. Nous devons tout faire, y compris par des mesures de restrictions, pour essayer de contrôler ce virus"

Voir l'extrait

 

Sur sa relation avec Les Républicains : 

"Bien sûr, mais comme homme libre. J'essaye de voter en fonction de mes convictions. Je ne suis aux ordres de personne : pas aux ordres d'Emmanuel Macron mais pas aux ordres d'une logique de parti non plus"

Voir l'extrait

 

Sur le report des élections régionales :

"Je souhaite que, ce calendrier électoral, s'il devait être modifié, il le soit avec l'accord de l'Assemblée nationale mais aussi avec l'accord du Sénat. S'il n'y a pas d'accord des deux chambres, il y aura un soupçon"

Voir l'extrait

Expert

Contact Presse