Ils l'ont dit lors des Questions d'Actualité au Gouvernement sur Public Sénat

8 avril 2020

Ils l'ont dit lors des Questions d'Actualité au Gouvernement sur Public Sénat

Propos recueillis Tâm Tran Huy

Mercredi 8 avril 2020

Jérôme Durain, Sénateur PS de Saône-et-Loire :

"On ne peut pas voir l'Etat passer comme ça de manière flibustière devant les collectivités pour prendre leurs propres commandes" 

Voir l'extrait

 

Vincent Capo-Canellas, Sénateur UC de la Seine-Saint-Denis :

(Sur les mesures prises par le gouvernement contre les violences domestiques) 

"On a des interrogations sur l'ampleur de l'effort budgétaire réalisé, et sur le suivi"

Voir l'extrait

 

François Patriat, Sénateur LREM de la Côte-d'Or, Président du groupe LREM au Sénat :

(Sur le port du masque) 

"Il n'y a pas de changement de doctrine" 

Voir l'extrait

 

Adrien Taquet, Secrétaire d'Etat chargé de la Protection Enfance, auprès du Ministre des Solidarités et de la Santé :

"On constate aussi bien sur les violences faites aux femmes que faites aux enfants une évolution des chiffres"

Voir l'extrait

 

Bruno Retailleau, Sénateur LR de la Vendée, Président du groupe LR au Sénat :

(Sur les applications d'alerte)

"Ça ne sert à rien de partir trop vite sur ce genre de réflexion, si les solutions basiques de protection de la population ne sont pas remplies"

Voir l'extrait

"La gestion de la crise a été inspirée par la pénurie, beaucoup plus que par les bonnes pratiques"

Voir l'extrait

 

Patrick Kanner, Sénateur PS du Nord, Président du groupe Socialistes et Républicains au Sénat :

"On a sous-estimé manifestement l'intérêt pour nos concitoyens de les porter au plus vite"

Voir l'extrait

"Je pense qu'avec le recul, tout le monde comprend qu'il n'aurait pas fallu organiser ce premier tour"

Voir l'extrait

 

Philippe Bas, Sénateur LR de la Manche :

"Il ne suffit pas d'en livrer une fois : il faut que tous les jours on puisse changer ces masques"

Voir l'extrait

 

Claude Malhuret, Sénateur RTLI de l'Allier :

"En ce moment tout le monde travaille par visioconférence avec des outils qui ne sont pas des outils français, la plupart du temps examinés par les GAFAM"

Voir l'extrait