Jordan Bardella l'a dit dans "Audition Publique" sur les chaînes parlementaires

19 octobre 2020

Jordan Bardella, député européen et Vice-président du Rassemblement National était l'invité d"'Audition Publique", en présence de Fiona Lazaar, porte-parole du groupe LREM et députée du Val-d’Oise et Cécile Cukierman, sénatrice CRCE de la Loire

Sur la dissolution du CCIF : 

"Il est temps d'engager une lutte contre ces associations qui sont le cheval de Troie du fondamentalisme islamiste en France"

Voir l'extrait

Sur son absence au rassemblement place de la République :

 "Je suis extrêmement gêné de défiler aux côtés de gens que je considère être comme des alliés objectifs du fondamentalisme islamique"

Voir l'extrait

Sur l'anonymat sur les réseaux sociaux :

"Il faut que Facebook, Twitter, Instagram, puissent apporter très rapidement les noms aux services de police"

Voir l'extrait

Sur un moratoire sur l'immigration :

"Il faut arrêter avec les mineurs étrangers et les demandeurs d’asile qui ne fuient pas les pays en guerre"

Voir l'extrait

Sur le ministre de la Justice :

"Eric Dupond-Moretti c'est Taubira en pire"

Voir l'extrait

Sur une possible candidature aux Régionales en Ile-de-France :

"Je ne ferme pas la porte"(...)"Ma décision n'est pas prise. Ma région de cœur reste l’Île-de-France (...) et le combat électoral ne me fait pas peur"

Voir l'extrait

Sur le couvre-feu :

"Je pense que ce couvre-feu n'aura pas d'efficacité parce que, d'après Santé publique France, la plupart des contaminations ont lieu le jour"

Voir l'extrait

Sur la stratégie du gouvernement face au Covid-19 : 

"La stratégie d’isolement, de test et de traçage a été un échec" (...) "Ce triptyque était nécessaire pour lutter contre la diffusion du virus"

Voir l'extrait

Sur les élections américaines : 

"Si Donald Trump était réélu aux Etats-Unis, ce serait une bonne nouvelle pour les intérêts français"

Voir l'extrait

Sur une purge au RN ? 

"Personne n’est mis sur la touche, on va continuer à ouvrir le mouvement"

Voir l'extrait

Sur le Brexit : 

"Il faut faire en sorte que les pêcheurs français puissent continuer à aller dans les eaux britanniques et réciproquement. C’est dans l'intérêt de nos deux nations de se mettre autour de la table et de discuter"

Voir l'extrait

Experts

Contact Presse