Julien Aubert l'a dit dans "Bonjour Chez Vous !" sur Public Sénat

23 septembre 2020

Julien Aubert, député LR du Vaucluse l'a dit dans "Bonjour Chez Vous !" 

Propos recueillis par Oriane Mancini et Stéphane Vernay (Ouest France). 

Mercredi 23 septembre 2020

Sur les tests Covid-19 : 

"Il faut modérer les critiques car le gouvernement essaye de faire ce qu'il peut. Reste qu'il y a un défaut d'organisation logistique de l'Etat qui s'est vu d'ailleurs avec des collectivités territoriales qui ont occupé le champ libre"

Voir l'extrait


Sur l'obligation de la vaccination contre la Covid-19 : 

"Je serais pour qu'on impose le vaccin pour des catégories de publics exposés. Mais on ne peut pas dire aux gens maintenant vous allez tous passer au vaccin. Les gens ont besoin de comprendre"

Voir l'extrait

 

Sur le plan de relance : 

"Je pense qu'il y a une petite arnaque sur le chiffre de 100 milliards €. Je me méfie toujours des chiffres ronds en politique [...] En réalité l'effort réel est sans doute plus proche de 40 que de 100"

Voir l'extrait

"Ils ont mis le plan de relance dans le plan de budget annuel. Ce sera un vote négatif parce que le budget est un vote symbolique : est-ce que vous êtes dans la majorité ou l'opposition ? Il ne faut pas être ambigu"

Voir l'extrait

 

Sur le congé paternité : 

"Je crois qu'on a besoin de protéger le lien familial et que quand une femme vient d'avoir un enfant c'est très compliqué de le gérer toute seule. C'est bien qu'il y ait le papa"

Voir l'extrait

 

Sur la proposition de loi anti-squatteurs :

"Ce que je propose dans ce texte c'est de protéger la propriété. Toute personne qui vole votre propriété est punie pénalement mais pas l'introduction, le fait de l'occuper"

Voir l'extrait

 

Sur la candidature de Xavier Bertrand à la présidentielle :

"Il ferait un bon candidat. Je partage notamment sa volonté de renouer le fil avec cet électorat populaire"

Voir l'extrait

 

Sur les primaires de la droite : 

"Personne n'a envie de revivre l'affaire Fillon, personne n'a envie de revivre une primaire ouverte. Il reste un processus de départage où les adhérents ont un poids substantiel, majoritaire dans le collège électoral"

Voir l'extrait

 

 

Expert

Contact Presse