Julien Denormandie l'a dit dans "Bonjour Chez Vous !" - mercredi 27 octobre 2021

27 octobre 2021

Julien Denormandie, Ministre de l'Agriculture l'a dit dans "Bonjour Chez Vous !" ce matin

Propos recueillis par Oriane Mancini et Eric Richard de la Nouvelle République

Mercredi 27 octobre 2021

Sur l'inflation des prix alimentaires :

"Il faut apporter des soutiens conjoncturels comme l'indemnité inflation. Il faut s'assurer que les hausses de coûts ne se fassent pas indûment au bénéfice de certains. C'est pourquoi on a adopté Egalim 2."
Voir l'extrait vidéo

 

Sur le pouvoir d'achat :

"Le gouvernement a mis plusieurs aides conjoncturelles en place. Nous sommes pragmatique et nous nous adapterons. La vraie réponse sur le pouvoir d’achat c’est l’accès au travail et la rémunération du travail."
Voir l'extrait vidéo

"On demande toujours plus de qualité écologique et nutritionnelle. Le même citoyen lorsqu’il devient consommateur ne fait pas ses achats conformément à cette demande. Ensuite, il faut aider ceux qui n'en ont pas la capacité financière."
Voir l'extrait vidéo

 

Sur l'indemnité inflation pour les agriculteurs :

"Pour les agriculteurs, cela va passer par la MSA (Mutualité sociale agricole). Je ne peux pas vous dire pour les exploitants si ce sera décembre ou juste après, mais le plus vite possible évidemment."
Voir l'extrait vidéo

 

Sur le prix des engrais :

"Il y a le sujet prix, mais il y a aussi l'accessibilité à ces engrais. On a la chance d’être producteurs, mais on suit la filière pour être sûr qu’on y ait accès. On a cette souveraineté, mais il faut y faire très attention."
Voir l'extrait vidéo

 

Sur la pénurie d'agriculteurs :

"Être agriculteur c'est un métier de passion. Mais la passion ne peut pas tout, et elle ne peut pas se substituer à la rémunération. Egalim 2 est essentielle. Il faut se prémunir face au risque du changement climatique."
Voir l'extrait vidéo

 

600 millions d'euros d'indemnisation catastrophes naturelles :

"Un projet de loi sera débattu à l'Assemblée mi-janvier et au Sénat juste après. Ce sera la réforme la plus structurante pour le monde agricole depuis la mise en place de la PAC."
Voir l'extrait vidéo

 

Sur la PAC :

"La production au niveau européen va diminuer de 12 ou 13% alors que les importations augmenteront. Il faut revoir nos politiques commerciales, pas la PAC, puisque nous importons ce que nous ne voulons plus produire."
Voir l'extrait vidéo

 

Sur la grippe aviaire :

"On est sortis de l'épisode très intense de l'année dernières. Au moment où je vous parle, 4 foyers ont été détectés dans des basses-cours, pas dans des élevages. On est passé du risque faible au risque modéré."
Voir l'extrait vidéo