Laurent Jacobelli l'a dit dans "Bonjour Chez Vous !" - jeudi 30 juin 2022

30 juin 2022

Laurent Jacobelli, porte-parole du RN, député de Moselle, l'a dit dans "Bonjour Chez vous !"

Propos recueillis par Oriane Mancini et Denis Carreaux de Nice Matin

Jeudi 30 juin 2022

Sur le procès du 13 novembre :

"Nous nous félicitons de la peine contre Salah Abdeslam, qui est la plus dure [prévue par la loi] et qui correspond à l’un des actes les plus durs menés contre notre civilisation (...) La menace terroriste continue"

Voir l'extrait

 

Sur la commission des finances :

"Eric Coquerel c’est l’ultra gauche radicale, la haine des entreprises, le matraquage fiscal, la volonté de faire un inquisition sur ce que possède tout un chacun (...) Ses idées sont un danger pour la République"

Voir l'extrait 

 

Sur les propos polémiques du RN José Gonzalez sur l’Algérie :

"Il a fait un très beau discours qui a ému toute l’Assemblée. Il a parlé de son passé, c’est un homme qui a été meurtri d’être chassé de sa terre (...) Il n’a pas eu de propos sur l’OAS"

Voir l'extrait 

 

Sur les députés RN : 

"Nous sommes responsables. 89 députés ont été élus pour faire un travail parlementaire. Quand un projet de loi est bon, nous le voterons, quand il est moyen, nous l’amenderons, quand il est mauvais, nous le rejetterons"

Voir l'extrait 

 

Sur le pouvoir d'achat :

"Le gouvernement rafistole. C’est mieux que rien, mais au bout d’un moment il va falloir des mesures pérennes (...) Si le projet améliore, ne serait-ce qu’un peu, le quotidien des Français, évidemment nous le voterons"

Voir l'extrait 

 

Sur Laurent Jacobelli qui veut mettre fin à une partie des sanctions contre la Russie pour faire face à la hausse des tarifs de l’énergie :

"Ce n’est pas utile, c’est la population française qui en paye le prix, pas du tout Vladimir Poutine. Cela ne résout rien"

Voir l'extrait 

 

Sur une enquête pour tentative de viol ouverte contre Damien Abad : 

"La bêtise initiale, c’est de l’avoir fait rentrer au gouvernement (...) Au moment où Elisabeth Borne est nommée, il y avait déjà les indications d’un comportement suspect"

Voir l'extrait 

Contact Presse