Laurent Marcangeli l'a dit dans "Bonjour Chez Vous !" - mercredi 29 juin 2022

29 juin 2022

Laurent Marcangeli, président du groupe Horizons à l’Assemblée nationale, député de la Corse-du-Sud, l'a dit dans "Bonjour Chez vous !"

Propos recueillis par Oriane Mancini et Stéphane Vernay de Ouest-France

Mercredi 29 juin 2022

Sur un changement de méthode à l'AN souhaité par Yaël Braun-Pivet :

"S’il veut que les textes passent, le gouvernement va devoir avoir une nouvelle méthode pour préparer la loi (...) Je crois que la Première ministre l’a bien compris : être plus à l’écoute et dans la co-construction"

Voir l'extrait 

 

Sur la volonté de la majorité à travailler avec les extrêmes :

"Il y aura peut-être des amendements de bon sens venus de la Nupes J’irai même jusqu’à dire que, sur certains textes, on peut avoir des amendements portés par le RN qui peuvent améliorer la loi"

Voir l'extrait 

 

Sur la polémique sur l’Algérie :

"J’ai trouvé le discours de José Gonzalez plutôt sobre. Il n’a pas profité de la tribune pour partir dans de mauvais chemins. Il a parlé de lui, ce n’est pas scandaleux"

Voir l'extrait 

 

Sur le Parlement :

"Si Elisabeth Borne ne va pas chercher le vote de confiance, des motions de censure pourront toujours être déposées, et le débat aura lieu (...) On peut s'abstenir sur un vote de confiance pour ne pas bloquer l'institution"

Voir l'extrait

 

Sur la hausse des salaires des fonctionnaires :

"La hausse du salaire des fonctionnaires à 3,5% me pose question en tant que maire d’Ajaccio. Il va falloir des mécanismes de compensation. Pour ma ville, ça va être difficile (...) La discussion n’a peut-être pas été assez poussée"

Voir l'extrait 

 

Sur la retraite :

"On va examiner ce qui sera proposé. Edouard Philippe vait évoqué 67 ans parce que c’est l’âge dans les pays voisins qui ont sauvé leur système (...) Mais la situation économique et sociale du pays n’est plus la même"

Voir l'extrait 

 

L’Etat mis en cause par la justice sur les masques contre le Covid-19 : 

"Il faut se replonger deux ans en arrière, avec le manque de connaissances sur la maladie et le caractère éminemment aléatoire de la transmission"

Voir l'extrait 

Contact Presse