Sébastien Chenu l'a dit dans "Bonjour Chez Vous !" - mardi 05 juillet 2022

5 juillet 2022

Sébastien Chenu, porte-parole du RN et vice-président de l’Assemblée nationale, l'a dit dans "Bonjour Chez vous !"

Propos recueillis par Oriane Mancini et Stéphane Vernay de Ouest-France

Mardi 05 juillet

Sur le remaniement :

"L’Outre-mer est sanctionné puisque le ministère est rétrogradé. On ne comprend plus rien, il y a un vrai flottement, pas de ligne directrice. On fait revenir des ministres remerciés parce qu’il y a un problème de recrutement."

Voir l'extrait

 

Sur Damien Abad :

"Il a eu tort d’accepter de prendre des responsabilités avec ces dossiers. Le gouvernement a été maladroit en le virant. La présomption d’innocence ne doit pas être remplacée par la présomption de culpabilité à la gueule du client."

Voir l'extrait 

 

Sur Olivier Véran : 

"Il était le plus mauvais casting pour les relations avec le Parlement. Il est resté un vieux militant socialiste sectaire. Nous nous félicitons que Franck Riester, une homme de retenue, le remplace."

Voir l'extrait 

 

Sur le RN : 

"Nous allons nous opposer aux politiques de déconstruction du pays, mais c’est important de faire comprendre aux Français qu’il n’y a pas qu’un chemin en faisant des propositions. LFI veut tout renverser, c’est le fantasme du Grand Soir."

Voir l'extrait 

 

Sur le pouvoir d'achat :

"On va monter très fortement sur des baisses de TVA. À chaque fois que l’on pourra rendre de l’argent dans la poche des Français, comptez sur nous, mais pas à chaque fois que ce sera du gadget et que l’on essaiera de nous enfumer."

Voir l'extrait 

 

Sur la hausse du point d'indice :

"Il ne faut pas qu’elle repose sur les finances des collectivités, qui vont devoir faire des efforts inimaginables en plus de la hausse des prix de l’énergie. Le budget de l'Etat doit la prendre en charge."

Voir l'extrait 

 

Sur le vote de confiance :

"On aurait pu s’abstenir. L'extrême-gauche dépose une motion de censure, mais on n’arrive pas dans une institution pour tout casser. Remplacer Mme Borne par Mme Borne bis n’a aucun intérêt."

Voir l'extrait 

 

Sur l'extrême gauche : 

"L’extrême gauche est partie dans une radicalisation de ses discours qui ne respecte même plus la République. Les Français ne cherchent pas à ce que l’on casse une machine ou que l’on bloque qu’une institution."

Voir l'extrait 

 

Sur la commission des finances : 

"Les LR vont devoir expliquer à leurs électeurs qu’ils sont les défenseurs du monde de l’entreprise, mais qu’ils préfèrent faire élire un homme d’extrême-gauche. Après leur défaite, LR, comme les socialistes, ont du mal à avaler la pilule."

Voir l'extrait 

 

Sur les violences sexuelles et sexistes et Eric Coquerel : 

"On a des principes, qui sont valables pour nos adversaires politiques. Il a une présomption d’innocence. On ne va pas demander aux élus de démissionner dès qu’une rumeur surgit d’on ne sait où sur des faits vieux de 10 ou 12 ans."

Voir l'extrait 

 

Sur la présidence du RN et Louis Aliot et Jordan Bardella :

"Personne ne s’est déclaré, les deux ont de la légitimité, les deux sont d’excellents camarades. Cela montre que notre mouvement politique est capable de gérer deux candidatures."

Voir l'extrait 

Contact Presse