Soirée électorale Second tour des Municipales - Ils l'ont dit sur les Chaînes Parlementaires

29 juin 2020

ILS L'ONT DIT SUR LES CHAÎNES PARLEMENTAIRES, EN PARTENARIAT AVEC LE FIGARO LIVE

ÉMISSION PRESENTÉE PAR RÉBECCA FITOUSSI ET BRIGITTE BOUCHER

DIMANCHE 28 JUIN 2020

22H-MINUIT

Sur l'abstention : 

Thibaut Coiffier, directeur associé chez IPSOS : "On assiste à une amplification des dynamiques observées au premier tour"

Voir l'extrait

Pascal Perrineau, politologue : "Les Français ont aussi la tête ailleurs : ils sortent d'une crise sanitaire et ils vont vers une crise économique. [...] Ils ont été distraits de ces élections municipales"

Voir l'extrait

Catherine Tricot, directrice de la revue Regards : "Il me semble que cela a été extrêmement préjudiciable de couper en morceaux cette élection, avec une partie au mois de mars et l'autre maintenant"

Voir l'extrait

Hervé Le Bras, historien : "En dehors de la baisse de la participation, il n'y a pas eu un effet politique de la Covid19"

Voir l'extrait

 

Vers un séisme vert ?

Hervé Le Bras, historien : "Toutes les plus grandes villes sont maintenant à gauche ou écologistes. Ça aura une importance dans l'image de la politique"

Voir l'extrait

Benjamin Morel, maître de conférences en droit public : "Il y a une poussée verte qui est indéniable" (...) "Il faut nuancer cette victoire, qui certes est très forte dans les grandes villes mais qui n'irrigue pas forcément l'ensemble du pays"

Voir l'extrait

 

Une défaite pour la majorité présidentielle ?

Catherine Tricot, directrice de la revue Regards : "C'est un vote sanction pour La République en Marche qui s'allie avec la droite contre les écologistes et fait de la question écologique son principal adversaire"

Voir l'extrait

Benjamin Morel, maître de conférences en droit public : "L'étiquette LREM n'a pas été payante lors de ces élections avec même des maires qui ont été sanctionnés de cette étiquette"

Voir l'extrait

Pascal Perrineau, politologue : "La République en Marche n'est pas un parti local (...) c'était des listes très souvent faibles au niveau du leadership (...) au second tour l'étiquette LREM a même eu un effet repoussoir dans certaines alliances (...) c'est un échec"

Voir l'extrait

 

Sur la "lumière verte" : 

Yannick Jadot, député écologiste : "Je souhaite qu'Emmanuel Macron entende le message. Cela fait trois ans qu'il est dans le déni démocratique, dans le déni des territoires, dans le déni écologique. J'espère qu'il va recevoir le message 5 sur 5 et voir la lumière verte"

Voir l'extrait

Catherine Tricot, directrice de la revue Regards : "L'écologie ne peut plus être simplement une lumière verte qui devrait irradier le paysage politique mais rentrer dans une discussion approfondie pour faire cette révolution écologique"

 

Voir l'extrait

Sur les victoires des écologistes dans des grandes villes :

Pascal Perrineau, politologue : "C'est un électorat bourgeois (...) des bourgeois-bohèmes qui sont plus sensibles à des valeurs post-matérialistes qu'animés par les programmes économiques"

Voir l'extrait

Martial Foucault, directeur du CEVIPOF : "EELV pourra revendiquer ce soir leur plus grande victoire. Ils ont réussi à s'affranchir de cet handicap institutionnel qu'était le mode de scrutin majoritaire à deux tours"

Voir l'extrait

 

Sur la victoire d'Edouard Philippe au Havre :

Pascal Perrineau, politologue : "Une extraordinaire popularité engrangée autour des 3 derniers mois" (...) "Les Français se sont mis à dissocier les 2 têtes de l'exécutif"

Voir l'extrait

 

Sur l'abstention :

Martial Foucault, directeur du CEVIPOF : "Aujourd'hui l'exécutif récolte ce qu'il a semé dans cette désorganisation totale du 1er tour et du 2nd tour"

Voir l'extrait

 

Sur le score du RN : 

Hervé Le Bras, historien : "C'est un échec par rapport à ce qu'espérait Marine Le Pen il y a un an, gagner plusieurs grandes villes (...) même si Perpignan est une belle prise (...) Plus les communes ont des habitants, moins le RN est fort"

Voir l'extrait

Pascal Perrineau, politologue : "Vous avez des victoires du RN dans des territoires qui vont très très mal (...) le RN est le symptôme des difficultés que cumulent certains territoires"

Voir l'extrait

Benjamin Morel, maître de conférences en droit public :  "Ce n'est pas une victoire du RN mais ce n'est pas totalement une défaite (...) le RN a gardé ses villes (...) Le fait qu'on n'ait pas un raz-de-marée RN ne signifie pas qu'il ne va pas peser dans la politique nationale"

Voir l'extrait

Catherine Tricot, directrice de la revue Regards : "Le RN gagne dans des territoires qui sont en désespoir (...) Il y a une force du RN à pouvoir incarner une alternative"

Voir l'extrait

 

Sur un changement de Premier ministre ?

Benjamin Morel, maître de conférences en droit public : "Aujourd'hui, pour Emmanuel Macron, se passer d'Edouard Philippe relèverait du hara-kiri politique"

Voir l'extrait

Catherine Tricot, directrice de la revue Regards :  "Laisser partir Edouard Philippe, ce serait prendre un risque [pour Emmanuel Macron]"

Voir l'extrait

 

Record d'abstention au second tour : 

Yves Thréard, édiorialiste au Figaro : "Les Français ont le pays qu'ils méritent, les élus qu'ils méritent et la démocratie qu'ils méritent"

Voir l'extrait 

Martial Foucault, directeur du CEVIPOF : "C'est une élection atypique (...) On a eu un ensemble de facteurs qui ont concouru à cette abstention historique (...) L'exécutif récolte ce qu'il a semé"

Voir l'extrait

Nicolas Corato, président de l'institut de recherche politique "Place de la République" : "On assiste à une défaite du civisme. Il faut mettre les électeurs devant leurs responsabilités (...) Il faut que les Français arrêtent d'être les enfants gâtés du système démocratique occidental"

Voir l'extrait

Béatrice Giblin, géographe : "Il y a une baisse de la participation régulière (...) C'est assez préoccupant, c'est une forme de dégagisme aussi (...) énormément de nos concitoyens ne savaient même pas qu'il y avait un second tour le 28 juin"

Voir l'extrait

 

Retour sur la vague verte :

Yves Thréard, éditorialiste au Figaro : "Je ne suis pas sûr du tout que cette vague verte soit celle que veulent les gens dans les zones rurales (...) Il faut faire attention aux enseignements qu'on tire ce soir, c'est une France de 'bobo'"

Voir l'extrait

Yves Thréard éditorialiste au Figaro : "Emmanuel Macron a intérêt à conforter son électorat car il est maintenant le représentant d'une certaine droite. Ce serait une erreur majeure d'aller singer un écologisme pur et dur qui s'installe comme pilier central à gauche"

Voir l'extrait

 

EN PARTENARIAT AVEC IPSOS / SOPRA STERIA, FRANCE TELEVISIONS ET RADIO FRANCE

Expert

Contact Presse