Valérie Rabault l'a dit dans "Audition Publique" sur les chaînes parlementaires - Lundi 28 novembre 2022

28 novembre 2022

Valérie Rabault, députée Socialistes et apparentés - NUPES de Tarn-et-Garonne et vice-présidente de l'Assemblée nationale, l'a dit dans "Audition Publique" sur les chaînes parlementaires, en partenariat avec Le Figaro Live

 

Une émission présentée par Elizabeth Martichoux, avec la participation de Brigitte Boucher (LCP-Assemblée Nationale), Tâm Tran Huy (Public Sénat) et Sophie de Ravinel (Le Figaro)

Lundi 28 novembre 2022

Sur le rôle joué par le PS :

"Nous ne transformons pas l'essai au niveau national, et ça pose question" (...) "Le cap n'est pas l'addition de politiques locales, [...] mais de dire quelle est la force intérieure qu'on donne à une société."

Voir l'extrait

"Dans le fond, le choix qu'on a à faire, c'est est-ce qu'on choisit plus la voix populiste ou la voix de la raison" (...) "ne fait pas partie de ceux qui revendiquent le clash permanent".

Voir l'extrait

"Cela fait 10 ans que le Parti socialiste n'a pas été en capacité de véritablement porter une idée"

Voir l'extrait

 

Sur l'affaire McKinsey :

"Je reproche à ce gouvernement d'avoir voulu supprimer les corps techniques de l'État" (...) "Un certain nombre de compétences ont disparu."

Voir l'extrait

 

Sur les recours aux cabinets de conseil :

"Si l'État veut être crédible, il faut qu'il publie chaque année la liste des consultants qui ont rémunérés par l'État, le montant et pour quelle mission, et de publier un document de synthèse"

Voir l'extrait

 

Sur le 49.3 : 

"Il y a plein de missions qu'on n'a pas du tout étudiées" (...) "On est face à une rupture démocratique."

Voir l'extrait

 

Sur la motion de censure :

"Le principe d'une motion de censure, c'est de réunir une majorité pour réussir à renverser un gouvernement"

Voir l'extrait

"Dévoyer une motion de censure en en faisant 14,15, la banaliser n'est pas dans l'intérêt démocratique"( ...) "Le faire une fois, pour vraiment marquer la fin d'un processus, comme le débat budgétaire, ça a du sens."

Voir l'extrait

 

Sur la crise énergétique :

"Je suis assez en colère qu'on continue à payer l'électricité à un prix aussi cher" (...) "Continuer à avoir un prix de l'électricité indexé sur le gaz, c'est une faute majeure."

Voir l'extrait

 

Sur la Constitutionnalisation de l'IVG :

"très grande avancée" de l'Assemblée nationale.

Voir l'extrait

 

Sur le Congrès du PS :

"Pour l'instant, je n'ai signé aucun texte" (...) Je regrette que cela se transforme en "ceux qui sont pour la Nupes et ceux qui sont anti-Nupes"

Voir l'extrait

 

Sur Adrien Quatennens :

"Il ne doit pas revenir siéger à l'Assemblée nationale avant son jugement"

Voir l'extrait

 

Sur les critiques à l'encontre d'Anne Hidalgo :

"J'observe qu'il y a beaucoup d'attaques politiques de la part de potentiels prétendants à la candidature aux prochaines municipales."

Voir l'extrait

 

Sur les manifestations en Chine contre la politique "Zéro Covid" :

"Nous avons beaucoup de chance d'avoir un vaccin et d'être vaccinés, ce qui n'est pas le cas de la population chinoise"

Voir l'extrait

 

Sur la réforme des retraites :

 Je suis "contre une réforme qui fixe l'âge", qui pénaliserait ceux qui ont "commencé à travailler très tôt"

Voir l'extrait

"La retraite, ce n'est pas qu'un équilibre budgétaire"

Voir l'extrait

"Durée de cotisation et pénibilité, pour nous ce sont les deux jambes qui permettent d'avoir une réforme juste, et vous, vous êtes sur l'âge de départ à la retraite"

Voir l'extrait

 

Sur le travail des seniors :

Valérie Rabault se dit "favorable" à un cumul emploi-retraite

Voir l'extrait

 

Sur le RER métropolitain :

"Ce que j'observe, c'est que les investissements en infrastructures de transport ont baissé depuis 7 ou 8 ans" (...) "Ce que j'aimerais, c'est un plan de financement global, avec une réflexion globale sur le transport."

Voir l'extrait

Expert

Contact Presse