Yannick Jadot l'a dit ce matin dans "Bonjour Chez Vous !"

7 octobre 2019

Yannick Jadot, Député européen Europe Ecologie Les Verts, interview réalisée par Oriane Mancini et Pascal Jalabert du Groupe Ebra

Sur l'attaque au couteau

"Je trouve que quelqu'un qui rentre à la préfecture de police et qui arrive à dire que les victimes de l'attentat de Charlie Hebdo l'ont mérité, qui ne veut plus serrer la main des femmes, là y a une faille qui est énorme."

"Il devrait y avoir un conseil de sécurité sur le terrorisme autour du Président de la République, qui implique les représentants des forces politiques. Il faut absolument éviter que ça devienne un sujet de polémique politicienne."

Sur Lubrizol :

"Ça a été l'improvisation très vite, on a attendu des heures pour avoir l'alarme. [...] On ne savait pas s'il fallait confiner ou pas. Pourquoi on ne savait pas ? Parce qu'on n'était pas prêt."

"Il faut attendre une semaine pour s’apercevoir que ce n'est pas 5000 tonnes de produits qui ont brûlé, mais peut-être le double, stockés dans des lieux qui ne sont même pas sous Seveso."

Sur les pesticides

"Vous avez des experts en communication qui disent que passer au bio c'est artificialiser, c'est comme bétonner des terrains. [...] Il faut qu'ils sortent des quartiers chics métropolitains."

"On se bat pour sortir des pesticides, on a les moyens d'accompagner les agriculteurs. Est ce qu'il faut vraiment des usines pour continuer à en produire ? On produit même des pesticides qu'on exporte parce qu'ils sont interdits sur le territoire."

Sur la transition énergétique

"Ce gouvernement est en place depuis 2 ans et demi, et il recule systématiquement toutes les décisions à prendre sur l'environnement".

Sur la taxe carbone

"Il faut compenser socialement la mise en place d'une taxe carbone. Chaque euro collecté doit être rendu aux Français. [...] Si ça permet des investissements dans les transports, dans l'isolation des logements, c'est un bénéfice."

Sur l'immigration :

"Ce qu'il se passe aujourd'hui avec des migrants qui dorment dans la rue est scandaleux. Cette situation est organisée par ce gouvernement. [...] Cette idée que si vous maltraitez les migrants, il en viendra moins."

Expert

Contact Presse