Guillaume Lacroix l'a dit dans "Bonjour Chez Vous !" - lundi 16 mai 2022

16 mai 2022

Guillaume Lacroix, Président du Parti Radical de Gauche l'a dit dans "Bonjour Chez Vous !"

Propos recueillis par Oriane Mancini et Fabrice Vesseyre-Redon du groupe Ebra

Lundi 16 mai 2022

Sur les législatives : 

"Si le Président considère qu’il faut qu’il nomme une Première ministre clairement de droite, il existe des élections législatives, les Français lui répondront. S'il choisit de durcir sa politique et incarner une droite réactionnaire ..."

Voir l'extrait 

 

Sur la gauche :  

"il y a une colère sociale légitime pendant ce pays. Quelle négociation a été rendue obligatoire sur les salaires ? Aucune. Il ne faut pas seulement une gauche qui crie, qui hurle à la colère sociale, mais une gauche qui transforme la vie."

Voir l'extrait 

"J'ai parlé à Bernard Cazeneuve.  J’ai aussi des échanges avec Carole Delga. On est au moment d’une recomposition politique qu’on le veuille ou non. Il y a besoin d'une gauche qui se réinvente, mais elle ne peut pas combattre ses fondamentaux."

Voir l'extrait 

 

Sur NUPES :

"Il y a une occasion manquée pour la gauche d’avoir une unité crédible. Il y a aujourd’hui un marché de dupes sur ce projet politique et la sincérité manque. Le PS et EELV ne peuvent pas à ce point changer d’avis en 15 jours."

Voir l'extrait 

"Je souhaite que la gauche capable de gouverner arrive à Matignon, cela ne peut pas être sur le projet des Insoumis. On ne va pas soutenir ceux qui combattent la construction européenne et la République universaliste et laïque."

Voir l'extrait 

 

Sur les investitures du Parti Radical de Gauche : 

"Nous avons investi 80 candidats, viendront s’ajouter ceux que nous soutiendrons, comme Lamia El Aaraje (...) J’assume totalement que nos vieux partis ont vécu, mais ils ont un rôle essentiel pour former les militants."

Voir l'extrait 

 

Sur le burkini : 

"Eric Piolle est malhonnête intellectuellement dans cette affaire. On ne va pas se faire la courte-échelle permanente sur les provocations qui viennent de quelques tenants extrémistes [religieux]."

Voir l'extrait 

"Je vous explique que je suis pour le burkini, mais je suis aussi pour les seins nus, c’est l’hypocrisie du truc, c’est un peu facile. C'est aussi un sujet sur le fait que les religions traitent les femmes d'une manière très particulière."

Voir l'extrait 

 

Sur le burkini et Laurent Wauquiez qui menace de couper les subventions de la mairie de Grenoble :

"De provocateur à provocateur j’ai du mal à m’y retrouver. Si vous coupez les subventions vous ne touchez pas que les gens qui se baignent en burkini."

Voir l'extrait 

 

Contact Presse