Guillaume Peltier l'a dit dans "Bonjour Chez Vous!" sur Public Sénat

11 mai 2021

Guillaume Peltier, député du Loir-et-Cher et Vice-président délégué Les Républicains, l'a dit dans "Bonjour Chez Vous!" sur Public Sénat

Propos recueillis par Oriane Mancini et Stéphane Vernay (Ouest France) 

Mardi 11 mai 2021 

Sur le policier mort à Avignon lors d'une opération anti-drogue

"Au sujet de la violence envers les policiers : que Jean Castex en soit conscient, c'est la moindre des choses. Que ce que nous vivons soit la conséquence des actions du gouvernement, c'est évident."

Voir l'extrait

"Le parti Les Républicains demande une fermeté totale sur le plan pénal, avec par exemple des peines planchers ou des peines automatiques pour tous ceux qui s'en prennent à nos policiers et gendarmes."

Voir l'extrait

"Il y a une colère et une exaspération chez les policiers qu'il faut entendre et comprendre. Il faut leur dire que la nouvelle génération à droite a pris la mesure de ce qui est en train de se passer."

Voir l'extrait

Sur la "tribune des militaires" : 

"Je comprends la tribune des militaires. Il n'y a peut-être qu'à Paris que l'on ne comprend pas qu'il y ait une menace de guerre civile dans notre pays. Nous n'en pouvons plus d'un pouvoir politique laxiste, incompétent."

Voir l'extrait

Sur les moyens donnés à la police

"Arrêtons de penser que la police et la gendarmerie ne nous demandent que des moyens matériels. Ils demandent avant tout une reconnaissance totale de la nation, une prise de conscience de la classe politique et une réponse pénale déterminée."

Voir l'extrait

Sur le texte qui inscrit le climat dans la constitution :

"Qui croit que la formule du Président Emmanuel Macron inscrite dans l'article 1 de la Constitution changerait la donne en matière d'environnement ?"

Voir l'extrait

Sur le parti politique Les Républicains :

"Les Républicains, c'est une grande formation populaire et indépendante qui n'a rien à voir avec le macronisme et qui va proposer une alternative populaire à celui qui apparaît aujourd'hui comme le pire Président de la Vème République."

Voir l'extrait

Contact Presse