Ils l'ont dit lors des Questions d'actualité au Gouvernement sur Public Sénat - mercredi 24 novembre 2021

24 novembre 2021

Ils l'ont dit lors des Questions d'actualité au Gouvernement sur Public Sénat 

Props recueillis par Alexandre Poussart et Steve Jourdin

Mercredi 24 novembre 2021

Sur le rejet du budget 2022 :

Claude Raynal, sénateur PS de la Haute-Garonne, président de la commission des Finances :

 "On n'est jamais favorable à ce que ce contrôle budgétaire ne se fasse pas pleinement. Il y a quelque chose qui relève de la méthode, c'est compliqué pour une majorité au Sénat d'aller sur ce terrain une année de présidentielle."

Voir l'extrait

Vincent Capo-Canellas, sénateur UC de la Seine-Saint-Denis, questeur du Sénat :

"On préférait entamer l'examen pour marquer les apports du Sénat, c'est plus une question de méthode. Nous n'avons pas pris part au vote, ce qui était une manière de regretter cet artifice qui a coupé court au débat."

Voir l'extrait

Emmanuel Capus, sénateur Les Indépendants du Maine-et-Loire, vice-président de la commission des Finances :

 "C'est juste un coup de com', qui n'a pas été extraordinaire d'ailleurs. En revanche, il reste le coup de canif dans le bicamérisme. La majorité LR ne voulait pas montrer qu'elle était incapable où est-ce qu'il faudrait baisser les dépenses."

Voir l'extrait

Christine Lavarde, sénatrice LR des Hauts-de-Seine, vice-présidente de la commission des Finances :

"On refuse d'étudier un budget fait à la va-vite, avec des amendements qui sont déposés sans étude d'impact. Je ne sais pas comment les députés endossent leur rôle et votent les yeux fermés, mais nous n'avons pas voulu le faire."

Voir l'extrait

Pascal Savoldelli, sénateur communiste du Val-de-Marne :

"On est dans un jeu de dupes. On nous demande d'arbitrer un débat entre Les Républicains et la majorité présidentielle. On a une accélération d'un régime présidentialiste. Il fallait faire autrement."

Voir l'extrait

 

Sur la vaccination :

Martin Lévrier, sénateur LREM des Yvelines, vice-président de la commission des Affaires Sociales :

"Il faut rentrer dans cette logique de conviction avant tout. Que le virus se moque de nos approches politiques. Je pense que c'est intelligent d'inciter les Français à se revacciner dans les 5 à 6 mois, en l'intégrant au passe sanitaire."

Voir l'extrait

Victoire Jasmin, sénatrice PS de la Guadeloupe :

"C'est la contrainte qui va dissuader. Je fais confiance au système immunitaire, et qu'il ne faut pas forcément plus de vaccins. Il faut que les médecins traitants soient impliqués dans la démarche."

Voir l'extrait

 

Sur les violences dans le football :

Roxana Maracineanu, ministre déléguée chargée des Sports :

"Nous avons souhaité mettre tous les acteurs autour de la table. Cela remet en question le modèle du football français L'arsenal législatif existe aujourd'hui." (...) "Sur Benzema, son retour est fait, on peut passer à l'aspect sportif"

Voir l'extrait

 

Sur le départ de Renaud Muselier des Républicains :

Pierre Charon, sénateur LR de Paris :

"Renaud Muselier est un ami, c'est un problème local et personnel avec Eric Ciotti. L'intérêt d'avoir Eric Zemmour et Marine Le Pen c'est que cela booste notre programme entre la droite de réforme et de rupture."

Voir l'extrait

Bruno Retailleau, sénateur de la Vendée, président du groupe LR au Sénat :

"Je ne suis pas du tout surpris, j'aurais préféré que les choses soient claires dès les régionales"

Voir l'extrait

 

Sur la nouvelle PAC :

Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture :

 "L'Europe croit dans l'agriculture européenne. Nous avons obtenu que l'Europe maintienne des budgets ambitieux. C'est une PAC qui soutient la production, les transitions environnementales, et l'aspect social sur le dumping."

Voir l'extrait

 

Sur l'affaire Nicolas Hulot :

Elisabeth Moreno, Ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances :

"Je regarderai ce documentaire avec beaucoup d'attention. Aucun gouvernement avant celui-ci ne s'était autant saisi de cette question. On a étendu le bracelet anti-rapprochement, mais ce sont les juges qui décident."

Voir l'extrait

 

Sur la crise sanitaire :

Hervé Marseille, sénateur Sénateur des Hauts-de-Seine, président du groupe UC :

"Jean Castex a souhaité recueillir l'avis des présidents de groupe parlementaire sur les futures annonces du gouvernement, une fois n'est pas coutume. On doit aussi parler de la Nouvelle-Calédonie et de l'Outre-mer."

Voir l'extrait

Contact Presse