Michel Barnier l'a dit dans "Bonjour Chez Vous!" sur Public Sénat

3 juin 2021

Michel Barnier, ancien négociateur européen pour le Brexit et membre des Républicains, l'a dit dans "Bonjour Chez Vous!" sur Public Sénat

Propos recueillis par Oriane Mancini et Stéphane Vernay (Ouest France)

Jeudi 03 juin 2021 

Sur le plan "Avenir Montagnes"

"Je pense que le plan Avenir Montagnes est solide. Mais j'aurais mieux compris que l'on ne ferme pas brutalement les remontées mécaniques. Je l'avais d'ailleurs dit au Premier ministre avant qu'il ne prenne cette décision."

Voir l'extrait

Sur le budget rectificatif

"On ne peut pas continuer à être dans le 'quoi qu'il en coûte'. Si l'activité repart, on ne va pas continuer à payer du chômage partiel. Donc on en sort progressivement."

Voir l'extrait

Sur le remboursement de la dette

"En France, on est trop taxé. Pour rembourser la dette, il ne faut pas augmenter les impôts, il faut bien gérer les finances publiques et faire repartir notre pays."

Voir l'extrait

Sur les règles budgétaires fixées par l'Union Européenne

"Je pense que l'on va adapter la règle de l'Union européenne des 3% de déficit, même si il faut un règlement de copropriété pour l'euro."

Voir l'extrait

Sur l'immigration : 

"Personne ne peut dire que la politique d'immigration en France marche bien. Cela crée beaucoup de ruptures et de tensions assez graves dans notre pays."

Voir l'extrait

Sur le livre "La grande illusion" de Michel Barnier

"Je suis définitivement attaché à ce pays de la Savoie où j'ai mes racines."

Voir l'extrait

"Le Royaume-Uni a quitté 47 ans de coopération pendant lesquels on a construit ensemble le cadre européen. C'est une illusion de croire que l'on est plus fort tout seul."

Voir l'extrait

"Il faut faire attention. Cela s'adresse aux gouvernements d'aujourd'hui et de demain, aux hommes politiques qui doivent ouvrir les yeux : les raisons qui ont conduit au Brexit, on en a la trace en France."

Voir l'extrait

Sur les propos de Guillaume Peltier : 

"Guillaume Peltier a exprimé une opinion personnelle en tant que Vice-président du parti Les Républicains, sans travail collégial avant. C'est cela qui n'est pas acceptable et que j'ai qualifié de faute."

Voir l'extrait

Expert

Contact Presse