Philippe Olivier l'a dit dans "Bonjour Chez Vous !" - vendredi 10 juin 2022

10 juin 2022

Philippe Olivier, eurodéputé RN, conseiller spécial de Marine Le Pen, l'a dit dans "Bonjour Chez Vous !"

Propos recueillis par Oriane Mancini et Éric Richard de la Nouvelle République

Vendredi 10 juin 2022

Sur les législatives :

"On voit bien que le Président sort de son rôle et et le fait en des termes extrêmement polémiques. Il y a beaucoup de violence dans ses propos. Son quinquennat est marqué par une violence endémique qui est assez pénible"

Voir l'extrait 

"On a la même détermination de l’emporter, mais on ne prend pas les gens pour des imbéciles. Personne ne peut croire que Jean-Luc Mélenchon va être Premier ministre. On a expliqué les choses parce que c'est la logique des institutions."

Voir l'extrait 

"La gauche dispose de bastions électoraux avec des villes. C’est artificiel car ils ne représentent pas la réalité élecorale du pays. Dans n’importe quel pays d’Europe nous serions au pouvoir depuis 15 ans."

Voir l'extrait 

 

Sur les incidents au Stade de France :

"C'est le syndrome de Cologne, des personnes qui ne veulent pas voir la réalité dès qu’il s’agit d’immigration. Ce sont des hordes de mineurs isolés et des gens venus de cité qui ont détroussé nos hôtes britanniques ou espagnols."

Voir l'extrait 

 

Sur Emmanuel Macron et Jean-Luc Melenchon :

"En face de nous, c'est le camp des déconstructeurs. D’en haut, avec Emmanuel Macron et ses logiques mondialistes, et d’en bas, avec Jean-Luc Mélenchon et ses logiques internationalistes. Ils procèdent du même esprit, qui est de déconstruire la France."

Voir l'extrait 

 

Sur Eric Zemmour :

 

"Je pense qu’il n’aura pas de 2ème tour et j’invite tous les électeurs d'Eric Zemmour à se porter sur le vote utile RN. Notre candidat est implanté depuis 5 ans, alors que lui arrive en vacances et en chemise de plage."

Voir l'extrait 

"Le soir du 2nd tour, il a inventé la main tendue dans la figure. Marine Le Pen est le leader naturel du camp national, et une femme d’Etat. Il y a des divergences sur le plan social et il nous paraît un peu raide sur l'immigration."

Voir l'extrait 

 

Sur l'interdiction de la voiture électrique en 2035 :

"C’est une décision qui annonce une disparition de la filière automobile française. La solution c'est le progrès technique. Après ils vont interdire quoi ? L'équitation, le feu de cheminée ?"

Voir l'extrait 

 

Sur le rejet de la réforme du marché carbone au Parlement européen :

"La droite et le centre ont dit à la gauche et l’extrême gauche qu’ils allaient travailler ensemble, et ils vont revenir avec un texte encore aggravé."

Voir l'extrait 

 

Contact Presse