Fabien Roussel l'a dit dans "Audition Publique" sur les chaînes parlementaires - Lundi 07 février 2022

7 février 2022

Fabien Roussel, candidat PCF à l'élection présidentielle l'a dit dans "Audition Publique" sur les chaînes parlementaires.

Une émission présentée par Elizabeth Martichoux, en partenariat avec Le Figaro Live et en présence de Thomas Dossus, sénateur écologiste du Rhône et Gérard Leseul, député PS de la Seine-Maritime

Sur les salaires :

"Il ne doit pas y avoir d'écart supérieur de 1 à 20 entre le plus petit et le plus élevé"

Voir l'extrait

 

Sur la nationalisation du secteur bancaire :

"Je souhaite endiguer "la spéculation" des banques qui "gagnent de l'argent avec de l'argent""

Voir l'extrait

 

Sur la renationalisation d'EDF :

"Nous voulons retrouver un établissement public, de l'électricité et du gaz, qui fera le choix d'investir dans la production d'énergie renouvelable et nucléaire et qui mènera la bataille à l'échelle européenne"

Voir l'extrait

 

Sur Sandrine Rousseau :

"Elle donne une mauvaise image de ce que nous à gauche nous devrions représenter" (...) "Quand on est du côté du peuple, ils ont le droit au bon et au beau"

Voir l'extrait

 

Sur l'Ukraine :

"La France doit pouvoir prendre la main et engager un dialogue [avec la Russie]" (...) "La désescalade guerrière passera par le dialogue"

Voir l'extrait

 

Sur les électeurs :

"J'entends des gens qui me disent 'moi j'ai voté à droite, mais je vais voter pour vous, parce que ce que vous dites, je m'y retrouve'" (...) "Si ça fait baisser la droite, tant mieux deux fois !"

Voir l'extrait

 

Sur les 500 parrainages : 

"Ce qui me fait plaisir, c'est d'avoir des signatures nouvelles, de maires de la ruralité, sans étiquette"

Voir l'extrait

 

Sur le nucléaire :

"C'est une grande différence que j'ai avec tous les autres candidats à gauche" (...) "C'est fondamental pour reconstruire la France, une France décarbonée en 2050"

Voir l'extrait

 

Sur un éventuel 2nd tour opposant Emmanuel Macron et Marine Le Pen :

"Je ne laisserai jamais l'extrême droite mettre la main sur la République" (...) "Je souhaite qu'il n'y ait ni Le Pen, ni Macron au second tour"

Voir l'extrait

 

Sur le reportage de Zone Interdite sur Roubaix :

"Ce qui a été montré à travers cette enquête existe, c'est la réalité" (...) "Il y a dans notre pays des réseaux mafieux, intégristes (...) que moi je qualifie de fascistes"

Voir l'extrait

 

Sur la proposition de Valérie Pécresse et d'Éric Zemmour de baisser les cotisations sociales :

"S'il n'y a plus de sous pour financer la retraite, la santé... Celui qui a un cancer demain, il est obligé de vendre sa maison"

Voir l'extrait

 

Sur l'universalité des allocations familiales :

"Il n'y a pas de problème à ce que ce soit universel, parce que de l'autre côté, je triplerai l'ISF"

Voir l'extrait

Expert

Contact Presse