Patrick Kanner l'a dit dans "Bonjour Chez Vous !" - mercredi 11 mai 2022

11 mai 2022

Patrick Kanner, président du groupe PS au Sénat, l'a dit dans "Bonjour Chez Vous !"

Propos recueillis par Oriane Mancini et Christelle Bertrand de La Dépêche

Mercredi 11 mai 2022

Sur la réforme de l'Europe évoquée par Emmanuel Macron :

"Il est dans le sens de l'histoire. L'Europe est arrivée au bout de la démarche sur un plan démocratique. Emmanuel Macron est un européen convaincu, je ne suis pas étonné."

Voir l'extrait

 

Sur les sanctions contre la Russie :

"Je suis favorable à ce que l'on arrête les importations, mais la force de résilience russe est terrible." Patrick Kanner demande une "grande conférence salariale" parce que "les Français veulent pouvoir vivre de leur travail."

Voir l'extrait 

 

Sur NUPES et l'Ukraine :

"Nous n'avons pas la même position avec LFI, et Jean-Luc Mélenchon en particulier. J'aurais aimé que l'on soit plus clair sur les livraisons d'armes dans l'accord."

Voir l'extrait 

 

Sur l'accord NUPES : 

"Sur le fond, l’accord a permis aux socialistes d’évoquer des sujets qui peuvent fâcher entre nous.Mais il n’a de sens que s’il y a une majorité de gauche qui se prépare pour la prochaine législature, et cela va être compliqué."

Voir l'extrait 

 

Sur Emmanuel Macron :

"C’est un Président élu sans débat, sans mandat réel, c’est problématique pour la démocratie. C’est un Président légitime mais élu, pour la deuxième fois, dans des circonstances particulières."

Voir l'extrait 

"C’est honteux, de la part du Président, d’être au cœur de la campagne. Le premier acte officiel du nouveau Président, que l’on pensait moins jupitérien, plus consensuel, c’est d’être le chef de guerre de sa future potentielle majorité."

Voir l'extrait 

 

Sur les législatives :

"Je ne pars pas battu."

Voir l'extrait 

 

Sur NUPES : 

"Historiquement, le fait que nous soyons absents de 41 départements métropolitains, c’est une vraie problématique.Le coup de maître de Jean-Luc Mélenchon, c’est qu’il a transformé un vote ponctuel en point de gravité de toute la gauche."

Voir l'extrait 

"Un groupe est préservé grâce à l’accord, c’est une bonne nouvelle, mais il est cloisonné. On ne nous permet pas de prospérer, on est dans un enclos. (...) Il y aura un Congrès et deux lignes, cette fois-ci, les militants trancheront."

Voir l'extrait 

 

Sur les potentielles dissidences du PS :

"S’il y a une candidature dissidente que j’irai soutenir mordicus, c'est celle de Lamia El Aaraja. Toutes les dissidences n’ont pas le même statut, mais les frustrations territoriales sont nombreuses."

Voir l'extrait 

 

Sur le PS :

"Je n’ai pas de contact avec Olivier Faure. Le président du groupe socialiste au Sénat n'est pas associé au comité stratégique pour animer les législatives. Les sénateurs veulent s'impliquer, l'un d'entre nous aurait pu y être." 

Voir l'extrait 

Contact Presse