Manuel Valls l'a dit dans "Audition Publique" - Lundi 07 mars 2022

7 mars 2022

Manuel Valls, ancien premier ministre l'a dit dans "Audition Publique" sur les chaînes parlementaires.

Une émission présentée par Elizabeth Martichoux, en partenariat avec Le Figaro Live et en présence de Brigitte Boucher, Tâm Tran Huy et Yves Thréard (Le Figaro)

Sur l'Ukraine : 

"J'ai le sentiment comme beaucoup (...) que nous sommes vraiment en train de basculer dans un autre monde"

Voir l'extrait 

"Établir une zone d'exclusion aérienne équivaudrait à rentrer très directement en conflit avec la Russie"

Voir l'extrait 

"La Russie ne gagnera pas la bataille de l'Ukraine (...) elle a perdu moralement cette guerre. L'Ukraine a démontré qu'elle était constituée d'un peuple courageux"

Voir l'extrait 

Eric Zemmour, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélanchon sont en "grande difficulté" à cause de l'invasion russe. Les candidats à la présidentielle doivent "se hisser à la hauteur" du contexte dans le cadre de la campagne

Voir l'extrait 

"Nous avons déjà accueilli 2500 à 3000 Ukrainiens, il faut poursuivre ce mouvement"

Voir l'extrait 

 

Sur la sugggestion de la mise en place d'un "pilier européen de l'Alliance atlantique, autonome, avec sa propre puissance de feu" :

"Cela oblige les Allemands à reconstruire une armée, et nous oblige à augmenter nos moyens en matière de défense."

Voir l'extrait 

 

Sur l'assassinat d'Yvan Colonna :

"Ce qui s'est passé dans la prison d'Arles est inacceptable (...) qu'on utilise ces manifestations pour faire d'Yvan Colonna un héros (...) ça pour moi, c'est inacceptable"

Voir l'extrait 

 

Sur la présidentielle : 

"Emmanuel Macron était déjà assez favori (...) rien n'est assuré (...) Il faut mener campagne."

Voir l'extrait 

 

Sur la baisse du pouvoir d'achat :

"Des augmentations de salaire, des augmentations de pouvoir d'achat en tenant compte du niveau d'inflation (...) la redéfinition de la dissuasion nucléaire implique des investissements majeurs, ça se paye."

Voir l'extrait 

 

Sur le maintien de TotalEnergies et d'Engie en Russie :

Cela "ne sera pas tenable" à moyen terme, si des villes ukrainiennes venaient à être "écrasées par des bombes russes. Ni politiquement, ni éthiquement, ni économiquement."

Voir l'extrait 

 

Sur la "remise à plat de nos politiques migratoires" :

"Sur ces questions-là, il y a un échec de la droite et de la gauche"

Voir l'extrait 

 

Sur le quinquenat d'Emmanuel Macron : 

"Les grands sujets que sont : sécurité, immigration, islamisme, ont été sous estimés au début du quinquennat"

Voir l'extrait 

 

Sur le port du hijab dans le sport : 

"Je suis pour l'interdiction du hijab dans le sport" Pour Manuel Valls, la manifestation qui devait être organisée par les hijabeuses devant l'Assemblée nationale est une "provocation, un symbole politique".

Voir l'extrait 

 

Sur l'intégration de l'Ukraine à l'UE :

Manuel Valls est favorable à cette intégration "parce qu'on est dans quelque chose qui est de l'ordre civilisationnel (...) l'OTAN c'est autre chose".

Voir l'extrait 

 

Sur le parti socialiste : 

"Le Parti socialiste est mort (...) Les idées de gauche ne sont pas mortes, mais la gauche organisée, dans un espace de parti politique, est hors-jeu, inutile même."

Voir l'extrait 

 

Sur la suggestion de la candidature de Manuel Valls aux législatives :

"Je ne crois pas (...) je pense qu'il faut que cette élection présidentielle ait lieu"

Voir l'extrait 

Contact Presse