Yannick Jadot, candidat à l'élection Présidentielle l'a dit dans "Bonjour Chez Vous ! spéciale Présidentielle 2022" - Vendredi 4 mars 2022

4 mars 2022

Yannick Jadot, candidat écologiste à l'élection Présidentielle, l'a dit dans "Bonjour Chez Vous ! spéciale Présidentielle 2022"

Propos recueillis par Oriane Mancini, Florent Buisson, de la République du Centre (Groupe Centre France) et Jefferson Desport de Sud-Ouest

Avec la participation de Roger Antech (Corse Matin), Olivier Claudon (Dernières Nouvelles d'Alsace), Éric Berger (Groupe La Dépêche), et de Chrismael Marchand (La Presse de la Manche).

Vendredi 4 mars 2022

Sur l'Ukraine :

"Pour l'instant l'Europe est unie, elle est très ferme, c'est comme ça que l'on construit un rapport de force. J'ai toujours souhaité que ce soit l'UE qui se mette en situation de dialoguer. On n'est pas amis avec Vladimir Poutine."

Voir l'extrait 

 

Sur la livraison d'armes à l'Ukraine :

"Expliquer quelles armes on livre à l'Assemblée nationale, c'est déjà un exercice de transparence. Ce n'est pas donner notre bon de livraison. Il faut surtout expliquer ce qu'est une arme de défense aux Français."

Voir l'extrait 

 

Sur la dissuation nucléaire :

"C'est un sujet à traiter avec beaucoup de vigilance. Vladimir Poutine a agité cette menace. Le processus de non-prolifération doit reprendre, par des initiatives multilatérales de la France et de la Grande-Bretagne par exemple."

Voir l'extrait 

 

Sur la lettre de candidature d'Emmanuel Macron : 

"Ce qu'il propose, c'est le même quinquennat en pire. Après 5 ans, on a plus d'inégalités et plus de fracture territoriale. La blague du mea culpa à la télé ... c'est un comédien."

Voir l'extrait 

 

Sur le bilan écologique d'Emmanuel Macron :

"Sur la rénovation thermique, on n'a jamais fait aussi peu de rénovation globale, alors que c'est le vrai bouclier énergétique. Il a reculé sur le glyphosate et les néonicotinoïdes. Il a été le Président des lobbies."

Voir l'extrait 

"Le Président n'a jamais reçu des associations de protection de la biodiversité et a préféré le lobby de la chasse. Il a toujours préféré Total et le nucléaire aux énergies renouvelables. Nous reviendrons totalement sur ce choix politique."

Voir l'extrait 

 

Sur le débat du premier tour :

"Si le débat de l'élection présidentielle est tronqué, cette colère, ces angoisse, ces enthousiasmes ne trouveront pas de débouchés politiques. Si on veut réconcilier notre pays, il faut qu'on ait un débat politique sérieux."

Voir l'extrait 

 

Sur l'EPR de Flamanville :

"Je fais un audit très sérieux de ce chantier et des risques. Les EPR en Chine ont été arrêtés, il pourrait s'avérer que c'est un problème de vibrations du réacteur. Je m'en remets à cet audit et aux parlementaires."

Voir l'extrait 

 

Sur le nucléaire :

"Je suis favorable à des recrutements. Le Président propose de multiplier par 6 un fiasco. L'uranium vient du Kazakhstan, d'Ouzbékistan et du Niger. Au fur et à mesure, quand on n'a plus besoin de nucléaire, on ferme les réacteurs."

Voir l'extrait 

 

Sur les éoliennes :

"À un moment donné il faut choisir : est-ce qu'on veut le gaz russe, le pétrole du golfe, ou de Total ou alors on gère avec les populations et le secteur économique la satisfaction de nos besoins en électricité ?"

Voir l'extrait 

 

Sur le pouvoir d'achat :

"Je veux augmenter le SMIC à 1400 euros net. Nous allons construire 700 000 logements sociaux sur le quinquennat, c'est la première dépense. 10 milliards d'euros sur les économies d'énergie, c'est 600 ou 700 euros d'économisés par an."

Voir l'extrait 

 

Sur le prix de l'énergie :

"L'urgence, c'est un chèque énergie de 400 euros. Mais baisser la TVA sur les carburants, cela profitera d'abord à ceux qui ont les plus grosses voitures et ça coûte très cher à l'Etat, ce n'est pas ma vision de la justice sociale."

Voir l'extrait 

 

Sur les agriculteurs :

"On met 13 milliards par an d'aides directes à l'agriculture et 40% d'entre eux vivent avec moins de 350 euros par mois. Le bilan des politiques publiques est une catastrophe. Je propose un pacte de transformation de l'agriculture."

Voir l'extrait 

 

Sur la souveraineté alimentaire :

"C'est s'affranchir des importations de soja des Amériques, arrêter de dépendre des engrais azotés. Je suis prêt à mettre la dette des agriculteurs sur la table, à condition qu'ils entament cette transition."

Voir l'extrait 

 

Sur la ligne LGV à Toulouse :

"Favoriser le train par rapport à l'avion, c'est une évidence, c'est 50 fois moins d'émissions. Mais notre priorité ce sont les transports du quotidien, plutôt que fantasmer la grande ligne quand ce n'est pas nécessaire."

Voir l'extrait 

 

Sur les déserts médicaux :

"Il faut former beaucoup plus de personnels de santé. Nous proposons le conventionnement sélectif et de ne pas pouvoir s'installer dans une région surdotée sans départ. J'assume qu'il peut y avoir obligation d'installation."

Voir l'extrait 

 

Sur les EHPAD :

"Il n'y aura plus d'Ehpad privé à but lucratif. Renforcer les droits de successions sur les grandes fortunes, cela fait 8 à 9 millairds pour une grande politique d'autonomie, afin d'avoir 1 personnel pour 1 pensionnaire dans les Ehpad."

Voir l'extrait 

 

Sur l'agression d'Yvan Colonna :

"Cette demande du rapprochement des prisonniers est simplement l'application de la loi. Je souhaite une commission d'enquête à l'Assemblée nationale sur ce régime DPS qui bloque le rapprochement des prisonniers corses."

Voir l'extrait 

 

Sur la Corse : 

"On a une situation politique assez unique en Corse, avec un mandat pour travailler à une autonomie de plein exercice et de plein droit. Il faut sortir d'une relation de défiance, le Président de la République n'a pas saisi la main de la Corse."

Voir l'extrait 

 

Sur la décentralisation : 

"Ce qu'a fait Françis Hollande est une catastrophe dans les régions. S'il y a eu autant d'abstention aux élections locales, c'est parce que personne n'y comprend plus rien, alors que c'est un levier de la reconstruction de notre pays."

Voir l'extrait 

 

Sur les zones à faible émission :

"On est entre 50 000 et 100 000 morts par an liées à la poullion de l'air, c'est ça qui est punitif. D'ici 5 ans les véhicules électriques seront à parité de prix. On ne ferme pas l'accès sans créer d'alternative."

Voir l'extrait 

 

Sur l'exclusion de Sandrine Rousseau de la campagne :

"Depuis la primaire, elle mène d'autres campagnes que la présidentielle, elle veut conquérir le parti. Elle n'est pas une adversaire, mais ses prises de positions ont parasité la campagne des écologistes."

Voir l'extrait 

"C'est une forme de clarification. Si quand je fais des interviews, on me dit que Sandrine Rousseau n'est pas d'accord ... J'ai pris la décision de faire valoir la discipline."

Voir l'extrait 

 

Sur les discussions avec Christiane Taubira :

"Elle a une profonde déception après cette campagne compliquée. J'ai apprécié ses positions sur l'Ukraine, parce que certains candidats nous font des leçons de géopolitique pour dire comme Poutine que l'Ukraine est russe."

Voir l'extrait 

Contact Presse